Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

du_rock_au_baroque.jpgSamedi 21 juillet 2007
mysticonstage2.jpgMYSTIC REVELATION OF RASTAFARI
C'est toute l'histoire du Reggae

" À Rockfort Rock, à l’est de Kingston, tous les dimanches, la porte est ouverte. Un guitariste de jazz de passage prend place à côté d’un jeune Dj, d’un tromboniste ou d’un gamin venu écouter la Mystic Revelation. À l’entrée, une peinture montre la direction : le célèbre "Tales Of Mozambique". Là, depuis des dizaine d’années, l’Afrique parle, et les Anciens résonnent. On y loue Jah Rastafari avec les trois tambours élémentaires (tambour basse -grosse caisse proche de celle des fanfares, le fundeh et le repeater - deux structures en bois plus longues recouvertes de peaux de chèvre), auxquels s’ajoutent flûte, cuivres, et chants psalmodiés. Un parfum mystique et inspiré flotte, mais ce souffle reste joyeux, loin de certains sectarismes dreads. C’est le love, (l’Amour) qui dirige cette session pratiquée par ces rastas depuis quelques dizaines d’années.

Brother Sam accueille le visiteur en faisant frissonner son tambourin : "Bienvenue dans cette Grounation (cérémonie rasta "en prise avec la terre", contraction littérale de Ground -la terre- et Nation - le peuple). C’est comme en électricité, il faut une prise de terre pour que tout ne saute pas, nous, nous avons les Groundations pour canaliser un courant d’amour. Nous avons joué du tambour pour retrouver nos racines africaines et nous divertir bien avant l’invention du téléphone, de la radio ou de la TV."

Les Mystics sont nés en 1947, sous la houlette du génial Count Ossie, à une époque où percussion rimait avec persécutions, aux débuts du mouvement rasta, lorsque les dreads et les batteurs rebelles étaient pourchassés en Jamaïque. Petit à petit, des jeunes issus des campagnes poussés vers les ghettos rejoignent ce mouvement musical, social, politique et religieux qui se tourne enfin vers les traditions africaines héritées des esclaves, avec un chant humaniste. Dans les années 50, la plupart des grands musiciens, notamment ceux du fameux Studio 1, qui n’avaient étudié la musique qu’à la très sérieuse Alpha Boys School ou dans les parades militaires, viennent y puiser un supplément d’âme et de groove.

L’inspiration du ska vient tout droit de leurs recherches. En 1960, Count Ossie finit par entrer en studio pour enregistrer le fameux tube "O’Carolina" (repris par Shaggy), qui signe la première incursion officielle des rythmes africains dans l’industrie musicale, bien avant la reprise "River of Babylone" par Boney M. Mais comment traduire l’impulsion positive de ces cérémonies au long cours dont le pouvoir intrinsèque va attirer Duke Ellingon, Nina Simone, Randy Weston, Ernest Ranglin’, Don Drummon, et plus tard Keith Richards ? Le Comte Ossie et les Mystics, rejoints par le saxophoniste Cedric Im Brooks, deviennent alors les Mystics Revelations of Rastafari et enregistrent une Grounation en 72 (Grounation, un premier album révolutionnaire où les percus se mêlent aux instrumentaux jazzy et aux incantations poétiques). "C’était important pour nous de rentrer en studio et de pouvoir faire voyager notre musique" se souvient Brother Sam qui, après la mort de Count Ossie en 76, a repris le flambeau du groupe avec le fils du comte, Time. Depuis, les Mystics ont voyagé et joué partout, y compris en France dans le vénérable Théâtre de la Ville à Paris, en 1997. Dix ans après, la performance sort en album (Carried Beyond, avril 2007) et les Anciens reprennent la route, avec Amour et Jah Rastafari ! "

Portrait d' Elodie Maillot  pour MONDOMIX


http://www.myspace.com/mysticrevelationofrastafari

21h00 - Salle d'Activités Culturelles - 10/8 euros.
Org. : Service Animation Culture de Saint-Amant-Roche-Savine

Tag(s) : #MANIFESTATIONS

Partager cet article

Repost 0